L’élaboration des vins
LE GUIDE DU VIN 2016
Choisissez une région, une appellation
puis éventuellement une commune :



LE LEXIQUE DU VIN :   A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z


     Entrez le nom d'un château, d'une appellation, d'un vin ou d'un pays :
Loading
 
      ACCUEIL > L’élaboration des vins
Translate French to English Translate French to German  Translate French to Italian Translate French to Spanish Translate French to Portuguese Translate French to danish Translate French to Swedish Translate French to Finnish Translate French to Norwegian Translate French to Greek Translate French to Russian Translate French to Czech Translate French to Polish Translate French to Romanian Translate French to Croatian Translate French to Arabic Translate French to Russian BETA Translate French to Arabic Google-Translate-Chinese (Simplified) BETA Translate French to Arabic Google-Translate-English to Japanese BETA Translate French to Korean BETA Translate French to Hindi


Restez informé

Les meilleurs vins dégustés gratuitement dans votre e-mail
Tapez votre adresse email :



L’élaboration des vins

Le vin est un breuvage magique. C’est aussi l’un des plus extraordinaires aliments qui puisse exister. Rouge ou blanc, le vin est un liquide formé d’eau (800 à 950 g/l) qui contient en dissolution ou en suspension la plupart des grandes fonctions de la chimie organique. Une véritable alchimie naturelle se crée alors au cours de la fermentation du vin. Si son élément essentiel est l’alcool éthylique qui se transforme au cours de la fermentation, les phosphates et les lipides côtoient les vitamines, les glucides ou les éthers, et font de ce produit fermenté (bien avant le pain et le fromage) un élixir de longue vie qui entretient notre corps régulièrement si l’on préfère déguster que boire à tout va.

 
 
Les vins rouges

L’élaboration du vin est un processus parfaitement naturel. Lorsque la vendange arrive à la cave, il vaut toujours mieux la trier. La vendange passe tout d’abord dans le fouloir, où elle est légèrement écrasée après avoir été la plupart du temps éraflée. Le moût, qui contient le jus, les pellicules et les rafles, est alors transvasé dans des cuves (en acier inoxydable ou en ciment). La fermentation va commencer. Ce sont les levures, des champignons microscopiques, qui en sont responsables en s’attaquant au sucre que le raisin contient pour le transformer en alcool avec émanation de gaz carbonique. Le processus de fermentation démarre à 18 °C. Cette étape dure de quelques heures (ou jours) pour des vins très légers (vin d’une nuit, Beaujolais), et jusqu’à 4 semaines pour les grands vins rouges tanniques. Le chauffage du moût et l’emploi de levures artificielles activent cette opération. On peut renforcer le degré alcoolique par l’adjonction de sucre au moment de la cuvaison (chaptalisation), ­d’environ 2 à 3°. On comprend que pour qu’un vin soit rouge, il faut que les pigments de la peau des raisins soient dissous dans le jus incolore. La structure tannique et la couleur du vin sont donc apportées par la peau du raisin, à une température située entre 25 et 28 °C. Au-dessous de 10°, la fermentation cesse ; au-delà de 35 °C, les levures sont tuées par la chaleur. Plus le vin macère avec ses peaux de raisins, plus il acquiert de la charpente et de la couleur. Les fermentations chaudes contribuent à l’extraction des polyphénols et des tanins indispensables à l’élaboration des grands vins de garde. Durant cette étape, les éléments solides (c’est ce que l’on appelle le “chapeau”) remontent à la surface des cuves et sont régulièrement soit arrosés par le jus de la cuve (remontage), soit submergés (pigeage), afin d’augmenter les extractions. Durant la maturation, étape suivante de la vinification, le vin va subir une nouvelle modification, la fermentation malolactique, durant laquelle des bactéries transformeront l’acide malique en acide lactique. La fermentation terminée, c’est l’écoulage, période durant laquelle on soutire le vin de goutte, puis le vin de presse.

En fonction du style de vin que l’on veut faire, on peut incorporer un pourcentage plus ou moins important de vin de presse (contribuant au potentiel de longévité) dans le vin de goutte. Le vin est prêt soit pour être mis en cuves (de quelques jours à plusieurs mois), soit pour être élevé en barriques (de quelques mois à deux années). Tout dépend de la qualité du millésime et du vin que l’on veut faire.

 
 
Les vins rosés

Si l’on trouve encore (hélas !) des vins rosés fabriqués en mélangeant du rouge et du blanc, un vrai rosé est tout simplement un vin rouge auquel on n’a pas laissé le temps de prendre sa couleur.

 
- Les rosés de pressurage

Ils sont issus d’une vinification en blanc de raisins noirs, foulés, égouttés et pressurés. Le pressurage est incorporé au vin de goutte pour lui donner de la couleur. Leur élaboration s’apparente plus à celle des vins blancs (voir plus loin).

 
- Les rosés de saignée

Les meilleurs, à mon sens, en tout cas ceux qui ont le plus de saveur et de finesse. Ce sont des vins issus d’une séparation du moût d’une vendange de vin rouge, égrappée (ou non) et foulée, après seulement quelques heures de macération. La cuve est alors “saignée”, c’est-à-dire qu’on en écoule une partie, le reste poursuivant sa vinification en rouge. Le jus écoulé poursuivra sa fermentation hors du contact des peaux, pour ne pas prendre de couleur, et fera sa fermentation malolactique.

 
 
Les vins blancs secs

Le vin blanc est élaboré à partir de raisins blancs et/ou noirs égrappés au fur et à mesure qu’ils sont pressés. Plus on presse, plus la qualité diminue. L’opération doit être faite rapidement car le moût doit être surtout bien protégé de l’oxydation, en évitant tout brassage, et en ajoutant de l’anhydride sulfureux, antioxydant et antioxydasique. On procède ensuite à la séparation avant la fermentation des bourbes du jus clair (débourbage), soit de manière naturelle (par sédimentation), soit volontaire (centrifugation…). On peut laisser la peau macérer avec le moût durant quelques heures afin d’intensifier l’arôme. Le jus clair est alors dirigé vers les cuves de fermentation (ou les barriques, pour les très grands crus). Des levures sélectionnées sont ajoutées au vin dans la cuve. La fermentation s’effectue à une température située entre 12 et 20 °C, et principalement autour de 15 °C. Si besoin, les cuves doivent être rafraîchies électroniquement, ou par arrosage extérieur ou encore par des serpentins remplis d’eau fraîche. Selon le type de vin blanc sec recherché, on peut décider de stopper ou non la fermentation malolactique, qui apporte de la rondeur au vin mais lui faire perdre de l’acidité. La plupart des blancs secs sont ensuite stockés dans des cuves avant d’être mis en bouteilles. Quelques-uns (Bourgogne notamment) sont élevés, voire vinifiés en barriques, comme les rouges.

 
 
Les vins blancs doux

S’il est possible de faire des vins doux artificiellement en ajoutant du dioxyde de soufre ou en ôtant les levures de la cuve pour faire cesser les fermentations, il vaut mieux employer un processus plus naturel. Les vins sont alors obtenus en arrêtant la fermentation tandis qu’il reste encore du sucre. Bien entendu, les meilleurs sont les vins issus de raisins atteints par le Botrytis cinerea, qui a le pouvoir d’augmenter la teneur en sucre des raisins. Le raisin doit parvenir à une forte concentration de maturité due à l’action du Botrytis cinerea, dénommé aussi “pourriture noble”. Cette dégradation bénéfique du raisin lui fait perdre son eau, accroît sa teneur en alcool et apporte au vin un surcroît de liqueur.

 
 
Les vins mousseux
 
- La méthode champenoise

En Champagne comme ailleurs, la méthode de la prise de mousse consiste à additionner au vin tranquille obtenu après de subtils coupages et assemblages une liqueur de tirage dont la dose de sucre est définie selon le type de produit que l’on désire, et d’un levain de levures sélectionnées (voir Champagne).

 
_ La méthode gaillacoise

Ou rurale. Par rapport à la méthode champenoise, le vin ne subit pas de seconde fermentation en bouteilles. Il est embouteillé durant la première fermentation, qui se poursuit donc en bouteilles.

Suivez Dussert

Patrick Dussert-Gerber sur Facebook Patrick Dussert-Gerber sur Twitter Patrick Dussert-Gerber sur LinkedIn Patrick Dussert-Gerber sur Viadeo

Le premier guide interactif


UNIQUE EN FRANCE
, DISPONIBLE EN EDITION PAPIER OU NUMERIQUE

L'EDITION PAPIER
Exclusif : votre dédicace personnalisée par l'auteur


Un vrai guide interactif !

De votre tablette ou smartphone, flashez le QrCode du propriétaire et accédez gratuitement d'un seul clic aux commentaires de dégustation du GUIDE 2016

FRANCE METROPOLITAINE : 32,00 €
(Port Prioritaire compris)



L'EDITION NUMERIQUE PDF
L'intégralité du Guide chez vous dès votre paiement :

Idéal pour l'avoir toujours sur vous où que vous soyez, en cave, dans vos déplacements (sur votre smartphone, votre tablette). Consultable en très grand format sur votre ordinateur.

16,00 €
(format numérique PDF)


A l'honneur

ALSACE
BAUMANN-ZIRGEL
“Nous exploitons maintenant quatre grands crus ...
Lire la suite
BEAUJOLAIS
Earl DUFOUR Père et Fils
Vignerons depuis cinq générations (16,50 ha de vignes), la famille ...
Lire la suite
CHAMPAGNE
PIPER-HEIDSIECK
Même maison que Charles Heidsieck. Régis Camus, Chef de Caves, ...
Lire la suite
BORDEAUX
Château La ROSE SARRON
Au sommet. L’histoire viticole de cette propriété, ...
Lire la suite
ALCOOLS
FRAPIN
Propriétaire du plus grand Domaine d’un seul tenant de la ...
Lire la suite
PROVENCE
Château de BERNE
Propriété reprise en 2009. Le vignoble s’étend sur 118 ha sur un ...
Lire la suite
SUD-OUEST
Domaine de LAVAUR
Le vignoble s’étend sur 15 ha de vignes plantées en ...
Lire la suite
LANGUEDOC
Mas de la PLAINE HAUTE
“Les plus anciennes parcelles de l’exploitation ont été achetées ...
Lire la suite
BORDEAUX
Château Le BOURDIEU
Vignoble de 38 ha planté sur un sol de formation ...
Lire la suite
ALSACE
SCHAEFFER-WOERLY
À la tête des Premiers Grands Vins Classés. Un vignoble de ...
Lire la suite

Ce que vous devez savoir sur l'accord des vins et des mets​

Les grands principes, A chaque vin, ses plats, A chaque plat, ses vins ... Lire la suite

Acheter son vin au juste prix

À l'époque où certains prix ne correspondent plus à rien, il devient indispensable de "situer" le marché des vins vendus en France, région par région, appellation par appellation, afin de pouvoir visualiser immédiatement le prix des vins, et pouvoir se référer directement aux prix pratiqués chez les producteurs, où il est toujours conseillé d'acheter son vin directement. Trois choses sont à retenir : Lire la suite

Edito :
l'Amour du Vin

Voilà une année particulièrement intéressante, et je vais vous la détailler, région par région.

Depuis le temps que j'arpente les vignobles, que je vois des rigolos commenter n'importe quoi, encenser des vins inabordables (et imbuvables) sous prétexte d'avoir été bien reçu, d'être impressionné par un tarif hors normes affiché, ou, tout simplement, pour exister, je me soucie de plus en plus des vignerons authentiques, simples, qu'ils soient riches ou non, réputés ou non. Ceux-là, bien sûr, sont la fierté de notre pays tant ils sont attachés à trois valeurs, primordiales, que d'autres producteurs ont bien du mal -encore- à assimiler : ... Lire la suite

Tout ce qu'il faut savoir

La qualité actuelle des vins et des millesimes
Lexique du vin
L'éthique du vin
L'encyclopédie du vin
L'anthologie du vin
Acheter son vin au juste prix
L’accord idéal des vins et des mets
La vigne et les sols des vignobles
Les principaux cépages
L’élaboration des vins
Comment se fait ce guide


La bible des vins



MILLESIMES 2016
Edition annuelle

Le terroir, sinon rien

Les grands vins racés et ... les autres

EXCLUSIF

Feuilletez gratuitement MILLESIMES en ligne comme le vrai magazine en tournant les pages

CLIQUEZ ICI


Recevez MILLESIMES en édition interactive PDF dès votre règlement
7 €
(format numérique PDF)

Recevez MILLESIMES en édition papier 464 pages en couleur présentation luxueuse


France Métropolitaine
15€
(port prioritaire compris)

L'actualité avec Millesimes

CHAMPAGNE
La photo de la semaine :
R. GABRIEL-PAGIN Fils

La dégustation de la semaine

GUIDE 2015 : 4 CHAMPENOIS PRIX D'HONNEUR
Philippe de LOZEY Cette Maison familiale champenoise est née en 1871. Depuis 4 générations, le domaine s’est étendu et les pratiques tant culturales que vinicoles se sont régulièrement perfectionnées. Edmond, Raymond, Daniel, aujourd’hui Philippe, les Cheurlin ont poursuivi avec passion cette exigence pour des vins et des vieillissements toujours plus qualitatifs. Chez De Lozey, on se bat tous les jours pour ...

BEAUJOLAIS
La photo de la semaine :
Domaine MORTET Père et Fils

La dégustation de la semaine

GEORGES DUBOEUF : FORCEMENT JALOUSE, MAIS TOUJOURS INCONTOURNABLE
  Je suis fidèle à Georges Dubœuf et à son fils, Franck, depuis le premier Guide, et ils peuvent être fiers de leur réussite. Il faut venir aussi à Romanèche-Thorins pour découvrir leur “Hameau en Beaujolais”, un site unique en Europe; Des collections exceptionnelles (wagon de Napoléon III, maquettes, outils, musée…) et des scénographies dédiées au vin et à son univers (cinéma en 3D, personnages ...

VAL DE LOIRE
La photo de la semaine :
COULY-DUTHEIL

La dégustation de la semaine

A SANCERRE, Henry NATTER EST AU PLUS HAUT
À la tête des Premiers Grands Vins Classés, dans les 3 couleurs, ce qui est très rare (voir le Classement, région Anjou-Saumur). Ici, sur quelque 20 ha, on cultive la chaleur humaine avec le même soin que l’on apporte aux vignes, privilégiant la faune et la flore, les “couvant” pour en extraire leur quintessence et les laisser s’exprimer au mieux, au cours d’un élevage parfaitement ...

Tapez votre adresse email :

Guide des vins
Millesimes
Millesimes
Blog Dussert-Gerber
Guide des vins
Vinovox
Millesimes
Vins du Siècle
Journal du Vin
Dietetique
 
CLASSEMENTS
ENCYCLOPEDIE
MAIS AUSSI
   
   
Guide des Vins © Patrick Dussert-Gerber et Société Malta - Reproduction interdite - Mentions légales - dussert@guidedesvins.com
L'abus d'alcool est dangereux pour la santé, sachez apprécier avec modération.