La vigne et les sols des vignobles 
LE GUIDE DU VIN 2017
Choisissez une région, une appellation
puis éventuellement une commune :




LE LEXIQUE DU VIN :   A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z


     Entrez le nom d'un château, d'une appellation, d'un vin ou d'un pays :
Loading
 
      ACCUEIL > La vigne et les sols des vignobles

Ce qu'il faut savoir cette année
Les meilleurs millésimes
à boire
La qualité des derniers
millésimes
La Vintage Code
L'accord idéal des vins et des mets​
L'Encyclopédie mondiale du vin
Les domaines en vidéo


Restez informé

Les meilleurs vins dégustés gratuitement dans votre e-mail
Tapez votre adresse email :



La vigne et les sols des vignobles

La vigne

 

La vigne vit. C’est l’une des plantes les plus diversifiées qui soient, et certainement celle qui a fait le plus rêver les hommes depuis l’Antiquité, tous peuples confondus. C’est le “nerf” de la terre, le végétal qui s’accorde le mieux à l’homme en créant grâce à lui un aliment exceptionnel, le vin. La vigne a besoin d’équilibre et d’être en bonne santé, et prospère entre les 28e et 50e degrés de latitude, sous un climat tempéré de préférence (un cep gèle à -15 °C), dans les deux hémisphères. Son lieu de prédilection est toujours le coteau, qui permet toutes les nuances de l’ensoleillement : il suffit de se promener en Bourgogne ou à Saint-Émilion pour comprendre l’influence de l’exposition des vignes, et la différence qualitative entre les vignobles de côtes (ou mi-côtes) et ceux de la plaine. La vigne a besoin de souffrir pour s’exprimer pleinement, même si elle s’habitue à la plupart des terrains, sur la plupart des continents. On la trouve en bordure de mer (France, Italie, Afrique du Sud, Californie, Grèce, Afrique du Nord, Australie, Chili…), comme en régions continentales (Europe, Chine, Russie…), où ce sont surtout les fleuves, les lacs et les rivières qui jouent un rôle prépondérant. Elle a aussi besoin d’une humidité régulière, mais pas de beaucoup d’eau. Trop d’eau, dans des terrains trop riches, ne donnerait que des bons raisins, pas mieux. La vigne appartient au genre Vitis, et c’est la famille de Vitis vinifera qui produit les meilleurs vins. Chaque cépage doit être adapté à un sol et à un microclimat particulier, en tenant compte aussi bien de sa précocité que du style de vins que l’on veut faire. Il faut donc s’occuper de la vigne, qui a besoin d’être parfaitement tenue pour produire un raisin de qualité. Son palissage, son espacement entre les rangs, son nombre de pieds à l’hectare (3 000 à 10 000 pieds/ha !) sa taille courte ou haute, son effeuillage, son éclaircissage, les labours pour aérer la terre et favoriser les rétentions d’eau, la fumure, les protections contre le gel et la grêle, les traitements contre ses parasites… tout concourt à la chouchouter et à maîtriser les rendements si l’on veut faire du bon vin.

 
 
Les sol des vignobles

- Alluviaux (dépôts) : déposés par un torrent, composés pour la plupart de limon, de sable et de graviers, très fertiles. Se rencontrent en Savoie.

- Ardoise : roche dure, qui provient de la compression d’argile, de limon et de sable, qui retient la chaleur.

- Argile : une roche à grain fin, qui retient facilement l’eau (Jura…).

- Argileux (sols) : sols sédimentaires comprenant les argiles, les glaises, les marnes et les limons.

- Calcaire : roche sédimentaire alcaline, qui favorise la production de raisin au taux d’acidité assez élevé, comme dans la Loire (Pouilly-Fumé…).

- Calcaire (sol) : sol de carbonates de calcium et de magnésium, qui permet aux racines de pénétrer la terre et leur assure un excellent drainage. Le meilleur exemple est le territoire des grands crus de Saint-Émilion (et d’Alsace).

- Carboné (sol) : les sols carbonés les plus courants sont la tourbe, le lignite, le charbon et l’anthracite.

- Craie : roche alcaline poreuse qui favorise la production de raisin au taux d’acidité élevé, et convient aux cépages blancs.

- Crasse de fer : couche riche en fer que l’on trouve dans le Libournais, principalement à Pomerol, et aussi à Saint-Julien.

- Ferrugineuse (argile) : argile assez riche en fer.

- Galets : possèdent les qualités idéales d’attirer la réverbération du soleil et de conserver la chaleur du jour durant la nuit (Châteauneuf-du-Pape).

- Granite : roche dure, riche en minéraux, qui retient la chaleur.

- Graves : cailloux siliceux, qui assurent un excellent drainage et conviennent parfaitement à la vigne, lui imposant de chercher sa propre nourriture. On retrouve des sols de graves sablonneuses dans le Libournais, et des marnes graveleuses dans le Jura.

- Grès : roche sédimentaire composée de particules.

- Humus : matière organique contenant des bactéries et des micro-organismes. Alimente les plantes.

- Kimmeridgiens (sols) : sols de marne calcaire, que l’on trouve à Chablis ou à Sancerre.

- Lignite : matière carbonée, chaude, très fertile ; on la trouve en Champagne.

- Limon : sol tendre et friable, composé d’argile, de sable et de vase. Trop fertile.

- Marne : argile calcaire qui retarde la maturation du raisin et en augmente l’acidité (Bourgogne, Alsace…).

- Mica : sol assez maigre, à base de poudre de granit (Condrieu…).

- Molasse : grès tendre et friable, souvent calcaire, que l’on trouve dans certaines régions du Bordelais.

- Moraine glaciaire : sol rocheux formé d’ardoise, de schiste et de calcaire. Classique des vignobles de montagne.

- Quartz : minéral le plus commun et le plus abondant, présent dans de nombreux sols, qui réduit l’acidité du vin.

- Sable : sol chaud et aéré, qui assure un bon drainage. Ne fait pourtant pas assez souffrir la vigne.

- Schiste : roche cristalline riche en potassium et en magnésium, qui retient bien l’eau, et convient tout à fait à la vigne.

- Silex : roche qui emmagasine la chaleur, et donne des vins très typés, au fameux goût de “pierre à fusil” (Loire…).

- Silice : sol assez acide de nature cristalline, dont l’archétype se trouve en Bourgogne, allié à de l’argile et du calcaire.

- Tuffeau : roche volcanique, calcaire, que l’on retrouve en Touraine (Chinon, Bourgueil…).

Suivez Dussert

Patrick Dussert-Gerber sur Facebook Patrick Dussert-Gerber sur Twitter Patrick Dussert-Gerber sur LinkedIn Patrick Dussert-Gerber sur Viadeo

A l'honneur

VALLÉE DU RHÔNE
Château La CANORGUE
Leur Luberon rouge 2013, de jolie robe pourpre intense, ...
Lire la suite
BORDEAUX
Château de CHANTEGRIVE
Au sommet. “En 2015, nous raconte Marie-Hélène ...
Lire la suite
BORDEAUX
Château LESTAGE-DARQUIER
Si la propriété a été ...
Lire la suite
CHAMPAGNE
Brigitte BARONI
“Le vin, précise cette propriétaire, c'est d'abord le respect de ...
Lire la suite
CHAMPAGNE
LOMBARD et Cie
Au sommet. Cette Maison familiale, située au ...
Lire la suite

Le premier guide interactif


UNIQUE EN FRANCE
, DISPONIBLE EN EDITION PAPIER OU NUMERIQUE

L'EDITION PAPIER
Exclusif : votre dédicace personnalisée par l'auteur


Un vrai guide interactif !

De votre tablette ou smartphone, flashez le QrCode du propriétaire et accédez gratuitement d'un seul clic aux commentaires de dégustation du GUIDE 2017

FRANCE METROPOLITAINE : 32,00 €
(Port Prioritaire compris)



L'EDITION NUMERIQUE PDF
L'intégralité du Guide chez vous dès votre paiement :

Idéal pour l'avoir toujours sur vous où que vous soyez, en cave, dans vos déplacements (sur votre smartphone, votre tablette). Consultable en très grand format sur votre ordinateur.

16,00 €
(format numérique PDF)

La qualité réelle des derniers millésimes

Il n’y a que des millésimes plus délicats que d’autres. Les techniques ont évoluées dans le bon sens, les vignerons savent parfaitement anticiper, gérer leur vignoble.
 
Néanmoins, il faut savoir expliquer la spécificité de telle ou telle année. Quand on goûte des 2002 ou 2004 en Médoc, ils sont meilleurs que le 2003 pour lequel tout le monde s’enthousiasmait !

2015 : c’est le grand millésime depuis cinq ans, toutes régions confondues. Puissance et distinction, il a tout.

- À Bordeaux, des pluies quand il le fallait, un bel ensoleillement, d'où sa couleur très fonçée, tirant sur le noir. Il a de bons degrés, est équilibré et long en bouche, ce sera un millésime de garde.
Lire la suite

Lire la suite

Les meilleurs millésimes à boire aujourd'hui, région par région

En Alsace, les derniers millésimes sont savoureux, les 2012 et 2011, les grands 2010 et 2009, le millésime 2008 est nettement plus réussi que le 2007, particulièrement difficile (il y a de rares exceptions), les 2006, 2005, 2004, 2002 et 2001 suivent, le 2003 a été plus délicat à vinifier (en Vendanges Tardives, misez sur les 2006, 2004, 2001, 2000, 1997 ou 1989).

En Bourgogne, aux côtés d’une belle séquence qui comprend les millésimes 2015 à 2009, le 2008 est assez délicat (remarquable en blanc), le millésime 2007 très minéral, en blanc (très beaux Chablis) comme en rouge, ces derniers largement supérieurs au 2006. Les millésimes 2004, 2003, 2002, 2001, 2000 et 1999 sont très savoureux. Exceptionnel 2004, dans la lignée du 2000, dans les deux couleurs, qui côtoie donc un 2003 atypique, comme 2005.

Lire la suite


La bible des vins



MILLESIMES 2016
Edition annuelle

Le terroir, sinon rien

Les grands vins racés et ... les autres

EXCLUSIF

Feuilletez gratuitement MILLESIMES en ligne comme le vrai magazine en tournant les pages

CLIQUEZ ICI


Recevez MILLESIMES en édition interactive PDF dès votre règlement
7 €
(format numérique PDF)

Recevez MILLESIMES en édition papier 464 pages en couleur présentation luxueuse


France Métropolitaine
15€
(port prioritaire compris)

L'actualité avec Millesimes

BEAUJOLAIS
La photo de la semaine :
Domaine MORTET Père et Fils

La dégustation de la semaine

GEORGES DUBOEUF : FORCEMENT JALOUSE, MAIS TOUJOURS INCONTOURNABLE
  Je suis fidèle à Georges Dubœuf et à son fils, Franck, depuis le premier Guide, et ils peuvent être fiers de leur réussite. Il faut venir aussi à Romanèche-Thorins pour découvrir leur “Hameau en Beaujolais”, un site unique en Europe; Des collections exceptionnelles (wagon de Napoléon III, maquettes, outils, musée…) et des scénographies dédiées au vin et à son univers (cinéma en 3D, personnages ...

VAL DE LOIRE
La photo de la semaine :
COULY-DUTHEIL

La dégustation de la semaine

A SANCERRE, Henry NATTER EST AU PLUS HAUT
À la tête des Premiers Grands Vins Classés, dans les 3 couleurs, ce qui est très rare (voir le Classement, région Anjou-Saumur). Ici, sur quelque 20 ha, on cultive la chaleur humaine avec le même soin que l’on apporte aux vignes, privilégiant la faune et la flore, les “couvant” pour en extraire leur quintessence et les laisser s’exprimer au mieux, au cours d’un élevage parfaitement ...

PROVENCE
La photo de la semaine :
Château d'OLLIÈRES

La dégustation de la semaine

En Corse, le Domaine PERALDI est à la tête des Premiers Grands Vins Classés
Domaine PERALDI Beau Domaine de 50 ha, niché sur les coteaux de Mezzavia. Ce vieux domaine (les premières vignes y furent plantées au xvie siècle) a été totalement restructuré en 1965 par le Comte de Poix-Peraldi. Il est actuellement le plus important vignoble de l’appellation contrôlée Ajaccio, et les cépages y sont des plus classiques (Sciaccarello,Cinsault, Carignan, Niellucciu, Vermentinu).

Tapez votre adresse email :

Guide des vins
Millesimes
Millesimes
Blog Dussert-Gerber
Guide des vins
Vinovox
Millesimes
Vins du Siècle
Journal du Vin
Dietetique
 
CLASSEMENTS
ENCYCLOPEDIE
MAIS AUSSI
   
   
Guide des Vins © Patrick Dussert-Gerber et Société Malta - Reproduction interdite - Mentions légales - dussert@guidedesvins.com
L'abus d'alcool est dangereux pour la santé, sachez apprécier avec modération.